altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 08 mars 2021

Music for a while
Gauvin forever




Les enregistrements de Karina Gauvin sont étrangement rares, injustice criante pour l'une des plus belles voix du moment. Avec ce panorama Purcell chez Atma, les admirateurs de la soprano québécoise la retrouvent entourée des solides Boréades de Montréal et, surtout, dispensatrice de merveilles vocales absolument fascinantes.


Le 21/11/2006
Isabelle APOSTOLOS
 

  • Music for a while Gauvin forever
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Music for a while
    Gauvin forever



    Henry Purcell (1659-1695)
    Songs et extraits d'odes, masques et opéras :
    The Fairy Queen, King Arthur, Dido and Aeneas

    Karina Gauvin, soprano

    Les Boréades de Montréal
    flûte et direction : Francis Colpron

    CD Atma ACD2 2398


    Timbre de miel, demi-teinte aux colorations subtilement dosées – et avec quelle assurance ! – vocalisation cristalline ou longueur de souffle inépuisable, on ne sait que louer en premier chez cette chanteuse trop discrète tant sur les scènes qu'au disque. La couleur générale et l'esthétique sont souvent très italiennes mais Purcell et sa fausse simplicité s'accommodent fort bien de tout ce raffinement – l'Orpheus Britannicus demande un art du chant bien plus sophistiqué qu'on ne le pense habituellement.

    Dans des pages aussi fameuses et géniales que If love's a sweet passion, Strike the viol, An Evening Hymn ou encore Music for a while, Karina Gauvin rappelle à plus d'un titre l'art de son aînée, la grande Lynne Dawson, avec un surcroît d'assurance dans l'intonation et le contrôle vocal. Comme la Britannique, elle possède cette maîtrise de la prosodie anglaise qui privilégie un naturel époustouflant sur une attention trop clinique accordée à la diction – qu'on nous entende cependant : cette dernière reste exemplaire. La mort de Didon et l'étrange scène From rosy bowers, insérée par Purcell peu avant sa mort en 1695 dans le Don Quichotte de Thomas d'Urfey, montrent en outre quelle tragédienne peut être Gauvin.

    Accompagnement d'une solidité appréciable des Boréades de Montréal que dirige le flûtiste Francis Colpron, même si l'on aurait souhaité parfois que l'ensemble instrumental soit plus au diapason du timbre irrisé de sa chanteuse. Mais quoi qu'il en soit, un disque enthousiasmant.

     
    Isabelle APOSTOLOS


     

  • Music for a while Gauvin forever
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com