altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 08 mars 2021

Le combat de la carpe et du lapin



Rolando Villazón dans Monteverdi : affiche inattendue, certes, mais pas incongrue, tant la couleur si authentiquement latine du ténor mexicain va de soi dans ce répertoire trop longtemps confisqué par des voix anémiques. Mais sans doute aurait-il fallu un chef moins soucieux d'hédonisme qu'Emmanuelle Haïm pour guider les premiers pas du chanteur le plus ardent de sa génération en des terres si inhabituelles.


Le 28/11/2006
Mehdi MAHDAVI
 

  • Le combat de la carpe et du lapin
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Le combat de la carpe et du lapin



    Claudio Monteverdi (1567-1643)
    Il Combattimento di Tancredi e Clorinda (1638)
    Extraits du Settimo libro di madrigali (1619), Quarto scherzo delle ariose vaghezze (1624), des Scherzi musicali (1632) et Arie de Diversi (1634).

    Rolando Villazón, ténor (Testo)
    Topi Lehtipuu, ténor (Tancredi)
    Patrizia Ciofi, soprano (Clorinda)

    Le Concert d'Astrée
    direction : Emmanuelle HaĂŻm
    Enregistrement : 2005-2006

    CD Virgin Classics 3 63350 2


    La carpe, c'est Emmanuelle Haïm, baroqueuse préférée des stars, qui ne nous a pour ainsi dire rien appris sur les oeuvres qui composent une discographie déjà riche, sinon le très rare Aci, Galatea e Polifemo de Haendel, du fait de sa rareté même. Le lapin, c'est Rolando Villazón, ténor star dont la moindre note semble désormais destinée à trouver la voie de la postérité sur CD ou DVD, et ce quel qu'en soit l'intérêt. Du mariage arrangé par leur maison de disques commune, Virgin Classics, est né Combattimento, anthologie monteverdienne regroupant des extraits du Septième livre et divers Scherzi musicali en compléments du Combat du Tancrède et Clorinde. Disque tour à tour fascinant, agaçant, surprenant, décevant, qui n'en finit pas moins par sombrer dans la monotonie.

    Mais avant que d'être accusé de dénigrer à coups de préjugés par intégrisme baroqueux, prenons le temps d'argumenter. Car mieux vaut écouter que pousser des hauts cris sur l'inadéquation présumée entre la fougue souvent débordante de Villazón et le genere rappresentativo monteverdien. La couleur authentiquement latine du ténor mexicain, bien que légèrement tassée dans le grave malgré un diapason très haut, constitue en effet un véritable baume après l'insupportable Sprechgesang de Jan Van Elsacker, dernier Testo en date, dans l'enregistrement par ailleurs admirable de Françoise Lasserre.

    Dès lors, comment ne pas succomber à cette pâte vocale somptueuse, à ce legato sans faille
    qui, justement, est la faille ? Sans se faire l'avocat du diable en prĂ´nant l'excès inverse – ce « plus de texte que de voix Â» qui est trop souvent la norme dans la musique du Seicento –, il convient de s'interroger sur la pertinence d'une Ă©mission aussi constamment pleine dans le recitar cantando.

    Car notre tĂ©nor chante indĂ©niablement plus qu'il ne dit, contrariant les prĂ©ceptes de Monteverdi en subordonnant le texte Ă  la ligne vocale. Non que les mots ne soient Ă©noncĂ©s avec suffisamment de clartĂ©, mais leur fait dĂ©faut la variĂ©tĂ© nĂ©cessaire Ă  l'expression « des passions de la narration Â», tant la dĂ©clamation paraĂ®t coulĂ©e d'un seul tenant dans le cuivre du timbre qui, aussi ardent soit-il, ne s'inflĂ©chit guère au fil des octaves du Tasse.

    Le principal regret causé par cette nouvelle gravure du Combat de Tancrède tient donc finalement à ce qu'un artiste aussi doué et intelligent que Rolando Villazón n'ait pas su, voulu, ou osé – le résultat est le même – dépasser ses habitudes vocales et expressives, et n'ait pas saisi cette extraordinaire occasion de démontrer sa versatilité pour s'engouffrer dans les voies ouvertes par une émission moins rigoureusement appuyée sur le souffle, mais plus déclamatoire, sans craindre d'alléger, et pourquoi pas détimbrer certaines notes afin d'éclairer le sens en isolant telle consonne ou tel accent. Malgré quelques attaques un rien trop relâchées, Si dolce è'l tormento l'en montre d'ailleurs tout à fait capable, avant que son chant ne devienne terne, car inutilement musclé, dans Eri già tutta.

    Mais sans doute eût-il fallu, pour guider les premiers pas du ténor mexicain en terres monteverdiennes, vision plus circonscrite que celle d'Emmanuelle Haïm. Car si la chef-claveciniste n'a pas son pareil pour épouser la texture des voix, elle peine à anticiper et relancer la narration, aux antipodes d'un Jacobs contrôlant la moindre inflexion. Son Concert d'Astrée n'en est pas moins de toute beauté, écrin rutilant pour la voix de Topi Lehtipuu qui, s'il n'a pas la qualité de timbre de Villazón, lui oppose une palette autrement plus variée. Quant à Patrizia Ciofi, jetons sur sa prestation caricaturale un voile aussi opaque que celui qui recouvre désormais un timbre qui fut jadis des plus ravissants.

    Cette version trop confortable du Combattimento di Tancredi e Clorinda, d'une somptuosité vocale et instrumentale pour ainsi dire contreproductive, ne sera assurément pas la nôtre, mais n'en mérite pas moins notre considération, à défaut d'une chaude recommandation, pour s'avérer parfaitement susceptible, à l'instar de la curiosité réduite à une seule voix gravée par Anna Caterina Antonacci, de convertir les plus récalcitrants à ce chef-d'oeuvre singulier de la musique épique.

     
    Mehdi MAHDAVI


     

  • Le combat de la carpe et du lapin
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com