altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 20 octobre 2019

Hommage à Régine la grande



Pour célébrer les 80 ans de Régine Crespin, EMI publie un coffret de quatre disques regroupant les plus beaux extraits de l'abondante discographie de la grande cantatrice française de l'après-guerre. Un magnifique voyage souvenir dans une carrière dont la France n'a pas toujours su reconnaître la véritable dimension.


Le 05/03/2007
Gérard MANNONI
 

  • Hommage à Régine la grande
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Hommage à Régine la grande



    Régine Crespin
    Album du 80e anniversaire
    Airs d'opéras français, italiens, allemands, Lieder et mélodies.
    4 CD EMI 384195 2


    Bien sûr, lorsque Wieland Wagner l'invita à chanter Kundry dans Parsifal à la grande époque du Festival de Bayreuth, à la fin des années 1950, elle fit la une de la presse. Une jeune française au premier plan dans le saint des saints wagnérien ! On n'avait pas vu cela depuis Germaine Lubin, qui fut d'ailleurs l'un de ses professeurs. Mais par la suite, quand cette carrière prit vraiment son grand envol international, ce fut davantage outre-Atlantique ou outre-Manche que chez nous que la Crespin fut considérée et acclamée comme la rivale des plus grandes aussi bien dans le répertoire allemand que dans le répertoire italien.

    Le festival de Glyndebourne après celui de Bayreuth, Covent Garden, le Metropolitan Opera de New York, le Teatro Colon de Buenos, elle était partout en première ligne, la Maréchale, Sieglinde, Elisabeth, Amelia, Iphigénie, Marguerite, Desdémone. L'Opéra de Paris, bien sûr, aussi, mais un peu comme une obligation, sans avoir conscience de l'importance immense de cette dame à la voix somptueuse, au port de reine, aimant vivre autant que chanter.

    On comprit juste à temps, presque trop tard, notamment quand Karajan en fit sa Walkyrie à Salzbourg et au disque et voulut en faire son Isolde ! Elle refusa, avec sagesse. Cela prête aujourd'hui à sourire, quand tant d'autres qui n'ont pas la moitié de sa voix s'aventurent sans hésiter dans le rôle des rôles !

    Ces disques rappellent les principaux rôles de cette exceptionnelle carrière. Comme pour toutes les grandes tragédiennes lyriques, une partie de l'impact scénique passe au disque. Crespin était aussi une magnifique femme de théâtre, sensuelle et raffinée Maréchale de Richard Strauss, majestueuse Didon de Berlioz, lionne passionnée en Sieglinde, gouailleuse et parisienne dans Offenbach.

    Dans la mélodie française ou le Lied, on retrouve la perfection d'une diction que bien des chanteurs devraient prendre en exemple de nos jours, et une sensibilité intelligente qui s'appuie sur le texte tout autant que sur la musique. Pour une autre firme que EMI, elle fut sous la baguette d'Alain Lombard sans doute la Carmen la plus exacte et la plus authentique de toute la discographie de l'oeuvre.

    Par la dimension de sa carrière, par la singularité de sa personnalité, par les qualités d'une voix exceptionnelle menée par un vrai sens de la musique, Régine Crespin reste un cas unique dans le chant français de la seconde moitié du XXe siècle, et certainement l'une des plus grandes cantatrices de cette époque bénie, trônant comme l'égale de cette dizaine de monstres sacrés qui redonnèrent le goût du chant et de l'opéra à toute la génération d'après-guerre et même à la suivante.

     
    Gérard MANNONI


     

  • Hommage à Régine la grande
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com