altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 06 aoűt 2020

L'envers des cartes

© Eric Mahoudeau


Sous les feux de l'actualité par la présence de deux nouvelles productions à Lyon et Toulouse, la Dame de Pique de Tchaïkovski passionne de plus en plus de chefs et de metteurs en scène. Petit point DVD avec deux options scéniques et musicales radicalement opposées, représentées par la production Temirkanov-Gergiev du Mariinski chez Philips et Dodin-Rozhdestvensky de l'Opéra de Paris chez TDK.


Le 15/02/2008
Yannick MILLON
 

  • L'envers des cartes
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     L'envers des cartes

    2 sélections DVD de la Dame de Pique


    Même si elle se borne essentiellement aux sempiternels Eugène Onéguine et Dame de Pique, les seuls de ses neuf opéras à faire carrière hors de Russie, la vidéographie Tchaïkovski disponible au DVD ne cesse de s'étoffer. À l'occasion de deux nouvelles productions lyonnaise et toulousaine et de la parution chez TDK de la Dame de Pique de l'Opéra de Paris, nous avons pensé qu'une sélection minute réduite à deux titres que tout oppose pouvait s'avérer utile.

    Outre la qualitĂ© des vers, guère au-dessus de l'honnĂŞtetĂ© dans un cas comme dans l'autre, le livret de la Dame de Pique, contrairement Ă  celui, plus psychologique et fouillĂ©, d'OnĂ©guine, qui rend plus largement justice au parcours Ă©motionnel des personnages, s'Ă©loigne davantage de l'original de Pouchkine, notamment pour se conformer au dĂ©sir du directeur du Théâtre Mariinski, qui souhaitait un grand opĂ©ra Ă  la française, dans la lignĂ©e de Carmen (!). D'oĂą le choeur des « bĂ©bĂ©s soldats Â», d'oĂą le suicide de Lisa et d'Hermann ; d'oĂą aussi une progression plus superficielle et un retournement assez douteux du hĂ©ros au cinquième tableau.

    C'est pourquoi il est aujourd'hui de plus en plus tentant pour les metteurs en scène, souhaitant affranchir l'ouvrage des maladresses dramaturgiques du livret de Modest TchaĂŻkovski, d'opĂ©rer un retour Ă  Pouchkine par le biais de l'enferrement progressif dans la folie. Le dĂ©bat de la fidĂ©litĂ© Ă  l'esprit de l'opĂ©ra, mĂŞme perverti par une certaine faiblesse de l'adaptation de l'intrigue, n'a donc pas fini de faire rage. En 1999, l'OpĂ©ra de Paris prĂ©sentait une nouvelle production de la Dame de Pique confiĂ©e Ă  Lev Dodin, dont la reprise en 2005, publiĂ©e aujourd'hui en DVD par TDK, avait suscitĂ© l'ire de notre confrère GĂ©rard Mannoni, qui en regrettait amèrement les « absurditĂ©s de la dĂ©localisation Â».



     




    Car le metteur en scène russe, axé sur l'aliénation mentale d'Hermann, archétype du héros byronien à la psyché torturée, situe l'intégralité de l'action dans les murs glaciaux d'un hôpital psychiatrique, option radicale qui tire largement le texte mais qu'on nous pardonnera de trouver forte, en ce sens qu'elle présente une saisissante plongée au cœur de la folie, aussi réductrice soit-elle en ne retenant qu'une des composantes multiples de l'opéra. Point de somptuosité pétersbourgeoise en effet, point de fête ni de bal en grande pompe, seulement une partie de colin-maillard entre les malades.

    Dans cet univers où le héros revit sans cesse son cauchemar, Vladimir Galouzine crève l'écran, acteur fabuleux et possédé par cet emploi qui lui colle à la peau, jusqu'au-boutiste dans sa dégénérescence mentale sans jamais sombrer dans le ridicule, y compris dans les multiples gros plans. La voix est ce qu'elle est, énorme, monolithique, barytonante au possible et engorgée, mais grâce à l'image, on ne sort pas indemne de pareille expérience.

    Paille de la distribution, Hasmik Papian n'est en Lisa que stridence du médium, air sur la voix et émission geignarde. De même, Nikolai Putilin demeure bien poussif et plébéien en Tomski. Le reste du plateau se tient, de la Pauline vibrante de Christianne Stotijn à l'Eletski superbement chantant, un rien neutre d'expression, de Ludovic Tézier, en passant par la Comtesse encore très en voix d'Irina Bogatcheva.

    Le Choeur de l'Opéra de Paris sonne comme un choeur russe, ce qui n'est pas forcément un compliment, mais chacun y est investi et crédible en scène, les femmes surtout. Les belles couleurs de l'orchestre, des bois notamment, résistent au mieux aux ravages de la battue lente, d'une pesanteur absolue de Gennadi Rozhdesvensky, qui ajoute au poids du visuel et, curieusement, se sort le mieux du pastiche mozartien, même si certains passages dramatiques décollent eux aussi de la chape de plomb générale.

    De petites coupures dans les scènes de foule, certaines répliques détournées pour mieux coller à la mise en scène, les inévitables moments où le visuel jure avec le texte chanté, certaines étroitesses aux entournures – le personnage mal défini de Lisa notamment – exposent les limites d'une démarche ambitieuse et osée qu'il faut avoir vu quand on aime la Dame de Pique.





    Que les amateurs de lecture au premier degré se rassurent toutefois, Philips a dans son catalogue une représentation filmée en 1992 au Théâtre Mariinski, dans la mise en scène sans aucune mauvaise (ni bonne) surprise, d'un académisme et d'un classicisme parfaits, de Yuri Temirkanov – le même qui dirige la Philharmonie de St-Pétersbourg –, respectant scrupuleusement les rouages du livret et restituant tous ses fastes, exaltant même l'aspect collage, mélange de styles, avec notamment un intermède de Daphnis et Chloé d'un kitsch délicieux, et d'inénarrables fonds de décors en toiles peintes.

    C'est bien ici en tout cas qu'il faut découvrir l'opéra pour l'apprivoiser, en saisir l'intrigue, dans cette représentation d'excellente routine servie par un orchestre sachant son Tchaïkovski sur le bout des archets et par la baguette contrastée de Valery Gergiev, qui sait toujours provoquer quelques belles éruptions – loin toutefois de la géniale lame de fond de Tugan Sokhiev à Toulouse ce mois-ci – et ménager aussi des plages de détente bienvenues, parfois au bord de l'alanguissement.

    La distribution rassemble l'Hermann idéal de Gegam Grigorian, beau timbre clair et jeune, juste assez vaillant, qui rappelle à l'heure du triomphe sans partage de Galouzine que le rôle peut être bien chanté sans rien perdre de son impact, la Lisa ardente de Maria Guleghina, assez quelconque de timbre mais au moins engagée, le Tomski parfait de Sergei Leiferkus, diseur génial à l'aigu d'une rare facilité, la Comtesse sans doute un peu standard mais admirablement aigrie et vociférante de Ludmila Filatova, et, perle des perles, la divine Pauline d'Olga Borodina, dont la romance touche au sublime. Seul l'Eletski bien en voix mais à l'intonation approximative d'Alexander Gergalov demeure en retrait.

    La prise de son, dont le niveau de gravure a tendance à fluctuer, l'atonie du public et la caméra prévisible de Brian Large n'enlèvent rien à cette production qui reste le premier choix au DVD, à condition de faire par la suite acte d'un peu plus d'audace





     



    Piotr Illitch TchaĂŻkovski (1840-1893)
    La Dame de Pique, opéra en trois actes et sept tableaux (1890)

    Vladimir Galouzine (Hermann)
    Nikolai Putilin (Tomski)
    Ludovic TĂ©zier (Eletski)
    Vsevolod Grinov (Tchékalinski)
    Sergei Stilmachenko (Sourine)
    Grzegorz Staskiewicz (Tchaplitski)
    Slawomir Szychowiak (Narumov)
    Robert Catania (le Maître de cérémonies)
    Irina Bogatcheva (la Comtesse)
    Hasmik Papian (Lisa)
    Christianne Stotijn (Pauline)
    Irina Tchistjakova (la Gouvernante / Macha)

    Choeur d'enfants de la Maîtrise des Hauts-de-Seine
    Choeurs et Orchestre de l'Opéra national de Paris
    direction : Gennadi Rozhdestvensky
    mise en scène : Lev Dodin
    décors : David Borovski
    costumes : Chloé Obolenski
    Ă©clairages : Jean Kalman
    préparation des choeurs : Peter Burian
    Enregistrement : Opéra Bastille, Paris, mai 2005

    2 DVD TDK Opéra national de Paris DVWW-OPPIQUE




     



    Piotr Illitch TchaĂŻkovski (1840-1893)
    La Dame de Pique, opéra en trois actes et sept tableaux (1890)

    Gegam Grigorian (Hermann)
    Sergei Leiferkus (Tomski)
    Alexander Gergalov (Eletski)
    Vladimir Solodovnikov (Tchékalinski)
    Sergei Alexashin (Sourine)
    Evgeni Boitsov (Tchaplitski)
    Gennadi Bezzubenkov (Naroumov)
    Nikolai Gassiev (le Maître de cérémonies)
    Ludmila Filatova (la Comtesse)
    Maria Guleghina (Lisa)
    Olga Borodina (Pauline)
    Evgenia Perlasova (la Gouvernante)
    Tatiana Filimonova (Macha)
    Elena Mirtova (Prilepa)

    Choeur et Orchestre du Kirov
    direction : Valery Gergiev
    mise en scène : Yuri Temirkanov
    décors et costumes : Igor Ivanov
    Ă©clairages : Vladimir Lukasevitch
    Enregistrement : Théâtre Mariinski, St-Pétersbourg, 1992

    DVD Philips 070 434-9



     
    Yannick MILLON


     

  • L'envers des cartes
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com