altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 08 mars 2021

Une infernale danse de mort



Après un fulgurant Didon & Énée, entre coups de cravache et sublimes déplorations, le trublion grec Teodor Currentzis défend une vision aussi radicale de la Quatorzième Symphonie de Chostakovitch. D’une violence et d’une tension constantes, ce nouvel enregistrement, qui rejoint Barshaï I et Kondrachine au faîte de la discographie, est un événement.


Le 30/04/2010
Yannick MILLON
 

  • Une infernale danse de mort
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Une infernale danse de mort



    Dimitri Chostakovitch (1906-1975)
    Symphonie n° 14 pour soprano, basse et orchestre de chambre op. 135 (1969)
    Textes de Federico GarcĂ­a Lorca, Guillaume Apollinaire, Wilhelm KĂĽchelbecker & Rainer Maria Rilke, traduits en russe
    Julia Korpacheva, soprano
    Petr Migunov, basse
    MusicAeterna
    direction : Teodor Currentzis
    Enregistrement : juillet 2009, Opéra Théâtre, Novossibirsk
    1CD Alpha 159


    RĂ©sumant on ne peut mieux un constat que nous dressons rĂ©gulièrement sur l’évolution de l’exĂ©cution musicale, et plus particulièrement sur l’interprĂ©tation chostakovienne, Jean-Paul Combet, directeur d’Alpha, fait dans la notice du CD qui nous intĂ©resse la remarque suivante : « la musique de Chostakovitch s’est embourgeoisĂ©e dans un consensus un peu mou, qui ne me semble pas en adĂ©quation avec l’écriture extraordinairement libre, inventive et audacieuse du compositeur. Â»

    Mariss Jansons, solide, incontestable, sans vertige ; Sir Simon Rattle, mou, chichiteux, exsangue à force d’extinction : deux parutions récentes, chez EMI, résument bien le confort dans le lequel a fini par tomber une symphonie de la mort appelant au contraire un engagement quasi terroriste.

    On comprendra d’autant mieux pourquoi le label, plutôt spécialisé dans la musique ancienne, a fait le pari de confier la 14e symphonie, la plus noire et austère, la plus désespérée aussi de son auteur, à un jeune allumé de la trempe de Teodor Currentzis, dont chaque geste musical s’érige en contre-pied à la complaisance. À la tête de son ensemble MusicAeterna, constitué des forces vives de l’Orchestre de l’Opéra de Novossibirsk, le chef grec signe l’un des disques Chostakovitch les plus cinglants et aboutis de ces vingt dernières années.

    Il donne au passage un grand coup de pied dans la fourmilière du politiquement correct afin de rendre au mieux justice à une partition dont les références discographiques se résument grosso modo à Rudolf Barshaï première manière, celui de la création de 1969 (rééditée récemment dans un coffret Brilliant Classics consacré au chef d'orchestre, chez ce même label qui comporte également son intégrale des années 1990), témoignage insoutenable de violence, véritable déferlante cauchemardesque, et à Kirill Kondrachine (Melodiya, 1974), plus distancié et morbide, plus chirurgical, dans l’ambiance à couper au couteau d’un studio tout en claustration.

    Tout ce qui a suivi, à l’exception peut-être de Bernard Haitink (Decca, 1980), qui a comme principal attrait de proposer les textes de García Lorca, Apollinaire, Küchelbecker et Rilke chantés dans les langues originales, peut être quasiment négligé. Il a donc fallu attendre 2009 pour qu’une bande de déjantés sibériens s’accaparent cette pénultième symphonie avec une énergie forcenée à même d’en restituer l’humanité déchirée, la noirceur, la terreur.

    Comme le soulignait notre confrère Mehdi Mahdavi à propos de ses Verdi à la Bastille, Currentzis fait constamment acte de recréation. Cela se traduit par une réinvention du potentiel expressif et rythmique des cordes, âpres, serrées, condensées en un bloc occasionnant autant de gifles – Malagueña –, avec des accents tranchants, des reprises d’archets admirablement servies par une prise de son très présente – Réponse des Cosaques zaporogues.

    Cela veut dire aussi une extrême sophistication des dynamiques, une radiographie des voix intermédiaires et graves – les basses tentaculaires du De Profundis, sur le fil du rasoir – ainsi qu’une interrogation systématique sur la nécessité ou non du vibrato, notamment dans des soli quasi blancs – le violoncelle dans le Suicidé, d’un désespoir sans appel –, des couches sonores droites – l’accompagnement de O Delvig, Delvig, débarrassé des traditionnels oripeaux romantiques du vibrato au profit d’une sonorité de vieil accordéon rouillé – exaltant les nervures polyphoniques et les dissonances.

    Même travail chez les percussions, qui tantôt colorent délicatement – un célesta sublime –, tantôt appuient là où ça fait mal – le xylophone dans le climax du Suicidé, dans les Attentives I. Plus exceptionnel encore car totalement inédit dans l’opus 135, un travail vocal de nature instrumentale – les abîmes ouverts par l’absence de vibrato sur la dernière tenue de Schlußstück –, avec une exigence de modulation aux antipodes de la tradition russe des grosses voix – la précision de débit de la Loreley, la retenue de son épilogue.

    Et si le jeune Petr Migunov expose un beau creux qui n’est pas d’une barrique – deuxième partie de À la Santé –, il sait aussi alléger, tout comme sa compatriote Julia Korpacheva, qui bénéficie plus encore d’un travail maniaque du chef sur chaque mot et chaque inflexion, engendrant un potentiel expressif décuplé – les graves expressionnistes des Attentives II, l’angoisse murmurée de la Mort du poète – avec des moyens pourtant modestes.

    Sans retrouver exactement les climax tétanisants de Barshaï I, Currentzis, champion des atmosphères désertiques, se hisse à ses côtés et à ceux de Kondrachine, au sommet de la discographie d’une œuvre parmi les plus importantes de la seconde moitié du XXe siècle.

     
    Yannick MILLON


     

  • Une infernale danse de mort
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com