altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 27 février 2021

SĂ©lection CD mars 2011



Honneur aux grandes voix d’hier et d’aujourd’hui, chef mythique de la première moitié du XXe siècle, pianiste chinoise fascinante, un très beau disque de tuba, des mélodies raffinées, la reine Argerich et ses copains à Lugano : l’affiche des publications discographiques de ce mois de mars est riche, variée, alléchante. Un vrai kaléidoscope.


Le 17/03/2011
GĂ©rard MANNONI
 

  • SĂ©lection CD mars 2011
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     SĂ©lection CD mars 2011

    Viva Plácido !



    Viva Domingo
    Album illustré de 4 CD EMI 6 48757 2




    Il faudrait une chronique entière si l’on voulait rendre en détail pleine justice à cette publication EMI en hommage à Plácido Domingo qui vient de fêter son soixante-dixième anniversaire. C’est un monument à la taille de cette carrière de plus d’un demi-siècle couvrant quelque cent cinquante rôles, cas unique dans l’histoire de l’art lyrique.

    On y trouve, enregistrés entre 1970 et 2002, les grands rôles italiens, français, allemands, espagnols, les chansons et mélodies qualifiées ici de Latin Songs. Car tout est regroupé sur ces quatre CD non pas par ordre chronologique mais par genre : The heroic Domingo, The Romantic Domingo, The Great Duets et Latin Songs.

    Partenaires des duos ? Certaines des plus belles voix masculines et féminines de notre temps, Scotto, Freni, Graham, Caballe, Voigt, Studer, Milnes, Hampson, Estes, Zancanaro… Une somme difficilement égalable, présentée dans un album abondamment illustré.

    Voix exceptionnelle par la qualité chaude et musicale de son timbre et servant de référence pour presque tous les rôles qu’il aborda, interprète d’une grande intelligence, Domingo est un vrai cadeau de la nature à la musique et à l’opéra. À consommer sans modération !



     
    Bon anniversaire Mady !



    Mady Mesplé
    Édition du 80e anniversaire
    3 CD EMI 095003 2




    Encore un hommage, cette fois pour fêter les quatre-vingts ans d’une grande cantatrice française, Mady Mesplé. En 3 CD, EMI a réuni des extraits de ses plus célèbres enregistrements.

    Voix d’une étendue et d’une agilité exceptionnelles, Mady Mesplé ne fut en effet pas seulement l’interprète accueillie et acclamée dans le monde entier dans les grands rôles du répertoire lyrique léger français et italien (Lakmé, Mignon, Hamlet, le Barbier de Séville, Lucia, la Fille du régiment notamment), mais aussi du répertoire d’opérettes, de mélodies et de musique contemporaine. Aux côtés des grands airs d’opéra, on retrouve donc aussi Messager, Lecocq, Hahn, Gounod, Fauré, Debussy, Liszt, Ravel, Poulenc, Satie ainsi que Betsy Jolas, Chaynes, Van Parys.

    Perfection de la diction, élégance du style, éclat de la technique, intelligence musicale, que de qualités réunies chez cette femme en outre très belle et excellente actrice. Une compilation significative qui ne doit pourtant pas faire oublier les multiples intégrales réalisées par cette cantatrice d’exception.



     
    Le leçon de Kate



    Kate Royal - A Lesson in Love
    Kate Royal, soprano
    Malcolm Martineau, piano
    1 CD EMI 9 48536 2




    C’est indubitablement la mode des disques à titre. Ainsi, pour justifier l’éclectisme de ce programme l’a-t-on baptisé A lesson in Love et a-t-on regroupé les mélodies sous la forme d’une sorte d’itinéraire amoureux allant en quatre étapes de l’attente à la trahison en passant par la rencontre et le mariage.

    Cette carte du Tendre nous fait rencontrer les compositeurs les plus divers, aussi bien Debussy que Schubert, Wolf que Schumann, Tosti que Copland ou Britten, ou encore Fauré et Ravel, sans les citer tous.

    Kate Royal est une fort jolie personne dotée d’une fort jolie voix dont elle se sert bien, avec toutefois une tendance à tout chanter un peu pareil, ce qui ne répond pas vraiment à l’attente que l’on peut légitimement avoir d’un tel programme.

    En récital, une Schwarzkopf excellait parfois dans ce genre patchwork, mais bien sûr, c’était la grande exception. Cela dit, le disque est agréable d’écoute, sans que l’on soit convaincu de la nécessité de ce regroupement familial assez artificiel. Plus charmant qu’indispensable.



     
    Furtwängler en majesté



    Wilhelm Furtwängler
    The great EMI recordings
    Coffret de 21 CD EMI 9 07878 2




    Encore une publication monstre par son importance et son volume : 21 CD des enregistrements EMI du grand chef allemand, y compris celui, historique, de Tristan et Isolde avec Kirsten Flagstad et le Fidelio non moins historique avec Martha Mödl. Et les symphonies de Beethoven avec le Philharmonique de Vienne, des symphonies de Brahms, Schubert…

    La vérité des interprétations de Furtwängler est toujours aussi implacable. Il y a un génie des tempi, des équilibres, de la vision globale des opéras, de ce qui est essentiel, incontournable, authentique dans chaque œuvre. Une sorte de Bible à laquelle on ne peut s’empêcher de référer sans cesse.

    C’est unique, d’autant que les partenaires orchestraux (Vienne ou Berlin) ou instrumentaux (Menuhin pour les concertos de Brahms, Beethoven, Mendelssohn, Fischer pour l’Empereur de Beethoven) restent aussi des références absolues.

    La qualité sonore n’est pas toujours au rendez-vous et il existe bien d’autres enregistrements du maître, mais ce coffret ventru est une occasion exceptionnelle pour toute une génération nouvelle d’avoir un contact essentiel avec ces moments miraculeux de notre histoire musicale.



     
    Irremplaçable Martha



    Martha Argerich and Friends
    Lugano 2010
    3 CD EMI 0 70838 2
    Quatre cœurs




    Pour ceux qui ne peuvent se rendre dans les festivals et en particulier là où officie Martha Argerich, c’est un vrai cadeau que ces publications d’EMI sous le titre Martha Argerich and Friends. Voici Lugano 2010, presque comme si on y était, avec tous les friends anciens et nouveaux, les Capuçon, Angelich, Zilberstein, Sergei Edelmann, Lily Maievsky, Kovacevich, Montero et tant d’autres.

    De la musique de chambre, forcément, aussi bien romantique (Chopin, Schumann, Liszt) que plus contemporaine, Schnittke, Stravinski, Korngold, Bartók, Gershwin, avec d’étonnantes transcriptions comme celle de l’Oiseau de feu réalisée pour trois pianos par Carlo Maria Griguoli, celle des Préludes de Liszt par le compositeur lui-même.

    Et aussi un ébouriffant Premier Concerto de Chopin par Argerich avec l’Orchestre de la Suisse italienne. On ne redira jamais assez l’importance du rôle de la lionne argentine dans ce fondamental métissage des générations, des genres et des époques.



     
    Un tuba en or



    Fabien Wallerand - Art of the Tuba
    Avec Mareva Bécu, David Defiez, Michel Godard, Stéphane Labeyrie, Nicolas Vallade
    CD Miraphone l’Olifant INDE 027




    Trop méconnu hors son rôle à l’orchestre, le tuba peut réserver bien des surprises. Ainsi en est-il de ce que révèle ce disque de Fabien Wallerand, tuba solo de l’Orchestre de l’Opéra national de Paris. Ce virtuose exceptionnel à la riche carrière de soliste est avant tout un musicien raffiné qui sait faire chanter son instrument d’une manière qui parle directement à la sensibilité, quel que soit ce qu’il joue.

    Le son est beau, le souffle impressionnant, l’imagination toujours présente. Car le répertoire ici proposé est très divers, allant de pièces écrites pour l’instrument par Hindemith, John Stevens, Aron Ramhanyi, Michel Godard par exemple ou de transcriptions de Korngold ou de David Popper.

    Certaines pièces sont pour plusieurs tubas, bref, une vraie découverte de ce qu’on peut tirer de cet instrument aussi monumental que décoratif. Il y a aussi une pièce composée par Wallerand lui-même, car cet artiste est un esprit curieux et créatif toujours tenté par des expériences innovantes (tournée avec Deschamps ou film avec Nathalie Baye) et qui enseigne et joue en soliste dans le monde entier. Une publication hors du commun qui honore autant l’interprète que l’instrument.



     
    Les mille doigts de Yuja



    Sergei Rachmaninov
    Variations sur un thème de Paganini
    Concerto pour piano n° 2
    Yuja Wang, piano
    Mahler Chamber Orchestra
    direction : Claudio Abbado
    1 CD Deutsche Grammophon




    Née en Chine, issue du Conservatoire de Pékin mais ayant achevé sa formation au Canada et aux États-Unis, Yuja Wang a rejoint à vingt-cinq ans cet étonnant bataillon de virtuoses chinois qui ne cesse de s’agrandir et de nous étonner. Virtuosité repoussée à ses extrêmes limites et vrai sens musical, même si, en concert notamment, la volonté de déployer une incroyable technique prend parfois le pas sur un pensée musicale approfondie. Mais l’instinct y pourvoie le plus souvent.

    Avec un programme tout Rachmaninov et pour l’essentiel justement voué à la virtuosité, les mille doigts de la jeune artiste peuvent nous éblouir et s’en donner à cœur joie. La Rhapsodie sur un thème de Paganini est faite pour cela et le Concerto pour piano n° 2 permet de montrer son talent dans un éclairage différent, plus axé sur l’expression romantique généreuse.

    D’autant que Claudio Abbado à la tête du Mahler Chamber Orchestra est là comme garant et empêche tout débordement stylistique excessif. Un très beau partenariat entre l’expérience la plus absolue et la plus respectée et les ardeurs d’une musicienne en plein ascension et qui a le goût du risque. Passionnant.

    Il y a aussi un DVD, pour ceux qui apprécient le complément de l’image et un contact plus direct avec les interprètes.



     
    GĂ©rard MANNONI


     

  • SĂ©lection CD mars 2011
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com