altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 20 octobre 2019

Souvenirs et prédictions de Ludwig Van



Le Quatuor Prazak a entamé aux Bouffes du Nord une intégrale Beethoven remarquable et remarquée. Pour ceux qui ont manqué l'événement, voici la séance de rattrapage discographique avec 3 coffrets déjà disponibles et les deux derniers volumes vendus pour le prix d'un seul CD. Une aubaine.


Le 01/11/2000
Mathias HEIZMANN
 

  • Intégrale des quatuors de Beethoven par le Quatuor Prazak
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

    Intégrale des quatuors de Beethoven par le Quatuor Prazak
    Ludwig van Beethoven
    Intégrale des quatuors
    volume III : Quatuors Razumovsky op 59
    Volume VI : Op 132 & opus 135
    Quatuor Prazak
    2 cd Praga Digital PRD 250 145/46 (op. 59) distribué par harmonia mundi
    1 cd Praga Digital PRD 250 133 (op 132 & 135)
    Texte de présentation français
    DDD


    Pour le musicologue Charles Rosen (1), Beethoven fait partie des classiques. Malgré ses positions politiques et humaines qui, à bien des égards, le tirent vers la génération romantique, malgré ses licences harmoniques ou l'aspect autobiographique de ses oeuvres — inconcevable avant 1790, — ses pages les plus remarquables ne peuvent être assimilées au style romantique, même précoce. Mais la confusion entre expression personnelle et évolution stylistique globale fausse souvent l'approche d'une musique qui déborde de souvenirs aussi bien que de prédictions ; la connaissance des grands courants musicaux est évidemment d'un précieux secours pour aborder une telle oeuvre.

    Le Quatuor Prazak a connu ces multiples influences : il impose d'emblée un discours d'une clarté impressionnante et si la question de la vérité historique ne semble pas à l'ordre du jour (ni les instruments, ni la manière de phraser ne renvoient clairement à une esthétique post-baroque), il n'est pas non plus question de "romantisation" du discours, ni d'une modernité qui trouverait son salut dans la chute vertigineuse du thermomètre.
    Il y a, dans le Beethoven des Prazak, une chaleur incroyable qui semble véritablement irradier le paysage et leurs prises de rôles ont l'intensité des paroles nécessaires. La notion d'invention ici s'impose : le texte n'est plus une entité abstraite que l'on se doit de vénérer, mais une matière digérée qui ressurgit au fil d'un discours désormais inévitable. Ce n'est plus l'oeuvre qui produit le sentiment mais le sentiment qui fait naître l'oeuvre ; c'est la très grande leçon de théâtre que Jouvet donnait à ses élèves et c'est probablement la position la plus difficile à occuper dans un monde où les dogmes servent de guide.
    En assumant la difficulté de l'appropriation et en faisant leur une oeuvre dont le secret reste à jamais perdu, les musiciens du Quatuor Prazak s'apprêtent à signer l'une des plus grandes interprétations des quatuors de Beethoven.


    (1) : Le Style classique de Charles Rosen, éditions Galimard.


     
    Mathias HEIZMANN


     

  • Intégrale des quatuors de Beethoven par le Quatuor Prazak
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com