altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 16 octobre 2019

La jouvence de l'abbé Vivaldi



Inépuisable source de jouvence que ces Quatre saisons du fameux prêtre roux : une musique toujours fraîche qui renaît toujours plus séduisante à chacune de ses relectures italiennes.



Le 06/11/2000
Olivier BERNAGER
 

  • Les quatre saisons d'Antonio Vivaldi
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

    Les quatre saisons d'Antonio Vivaldi


    Après l'Europa Galante, Il Giardino Armonico, les Sonatori della Gioiosa Marca, voici une version des Quatre saisons qui allie virtuosité du violon, beauté des couleurs orchestrales et originalité du style, justement par un transfuge de ce dernier ensemble, le violoniste. Giuliano Carmignola. À ces qualités musicales, s'ajoute une atmosphère volontairement expressive, soulignant la description de la nature qui est l'objet de ces concerti, jusqu'à la moindre nuance ; il suffit de lire les poèmes méconnus qu'illustre cette célèbrissime musique.

    Virtuose à la personnalité très affirmée, Giuliano Carmignola est ici accompagné de l'Orchestre Baroque de Venise, un ensemble vénitien fondé en 1997 par Andrea Marcon. Cela devrait être évident, mais ce n'est pas si souvent le cas dans cette oeuvre tellement interprétée, tous ces artistes jouent la même musique. Sans aucun complexe, ils prennent parti pour la description de la nature sublimée par le jeu instrumental, pour l'invention sonore, pour une ornementation toujours au plus près de la phrase musicale mais libérée de toute contrainte grammaticale. Le jeu est tout en finesse, tout en détails ciselés, libre et sans ostentation. Loin d'être aussi délibérément surprenante que la version du Giardino Armonico, ces saisons vénitiennes renouent avec une qualité perdue : la vocalità, si essentielle dans ce répertoire.

    Les trois concerti qui complètent ces "Quatre saisons" sont des inédits au disque puisés parmi les quelque sept cents titres du corpus vivaldien, un iceberg musical dont on ne connaît encore qu'une petite partie. Andrea Marcon a eu la main heureuse en allant lire les originaux de ces manuscrits connus mais évités : ils contiennent beaucoup de belle musique en plus de leur virtuosité extrême qui a été un puissant ferment pour l'inventivité de Giuliano Carmignola. Cet élève de Nathan Milstein et de Henryk Szeryng (il joue aussi bien Beethoven et Sibelius !) allume un feu d'artifice de sonorités fulgurantes (écoutez la plage 19) digne de la Cité des Doges qui égalent bien, dans un contexte orchestral, les "Caprices" de Paganini. Cette virtuosité érudite n'est jamais vaine : elle démontre que le plaisir de jouer est inséparable de celui d'écouter. À découvrir sans aucune hésitation.

     
    Olivier BERNAGER


     

  • Les quatre saisons d'Antonio Vivaldi
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com