altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 23 juin 2018

Les Wanderer en terre promise



Malgré son nom si Schubertien, le Trio Wanderer n'avait encore jamais enregistré d'oeuvres du compositeur du Voyage d'hiver. Pour leur première virée en ces terres promises, ils ont choisi deux sommets. Leur vision se révèle à la bonne hauteur : celle des horizons infinis.



Le 21/11/2000
Gérard MANNONI
 

  • Schubert par le Trio Wanderer
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Schubert par le Trio Wanderer

    Trios op.99 et 100- Notturno-Sonatensatz.
    Franz Schubert
    Trios op.99 et 100- Notturno-Sonatensatz.
    Trio Wanderer
    2 CD Le Chant du Monde LDC 2787113233


    Au disque, on connaissait les Wanderer pour une suite de succès retentissants, avec Mendelssohn et Dvorak chez Sony tout d'abord, puis avec Chausson et Ravel chez Chant du Monde. Victoires de la musique, distinctions discographiques multiples, les trois compères gardent la tête froide et continuent leur sage avancée dans un répertoire où ils sont bien décidés à renouer avec une tradition un peu perdue, celle des vrais trios, et non des alliances occasionnelles de solistes internationaux

    . C'est l'homogéniété de cette pensée collective qui frappe d'emblée dans ces difficiles pages de Schubert, qu'il s'agisse des trios eux-mêmes ou des deux pièces un peu plus marginales, le Notturno et le Sonatensatz. Pour pénétrer dans l'univers angoissé, délicat, marqué par les émois, les velléités, les frustrations, les élans du romantisme schubertien, il faut à la fois une immense maîtrise instrumentale et une sensibilité hors pair qui permette de comprendre toute la subtilité de l'âme douloureuse mais enthousiaste du compositeur. Il faut savoir renoncer à tout effet extérieur, retrouver le dessin inimitable de chaque thème, de chaque phrase, car la moindre erreur d'accent ou de phrasé peut être fatale.

    Reconnaissons avec joie que Vincent Coq au piano, Jean-Marc Philips-Varjabedian au violon et Raphael Pidoux au violoncelle font un parcours sans faute sur ce chemin aux mille embûches. Ils ont aussi la générosité et le goût qui permettent à ces oeuvres comptant parmi les plus belles du répertoire de musique de chambre, de parvenir directement à notre sensibilité dans une approche respectueuse du style et de la tradition, mais qui est bien aussi celle de jeunes instrumentistes de l'an 2000.

     
    Gérard MANNONI


     

  • Schubert par le Trio Wanderer
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com