altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 15 octobre 2019

L'irr√©sistible potion de Lucr√®ce



La carrière de la jeune mezzo tchèque Magdalena Kozena doit beaucoup à Marc Minkowski qui l'a très régulièrement sollicitée dans ses productions opératiques. Avec ce dernier disque, il lui offre toute la place pour exprimer son tempérament au service de Haendel. Une démonstration.



Le 06/02/2001
Yutha TEP
 

  • Trois cantates romaines
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Trois cantates romaines

    de Georg Friedrich Haendel
    Georg Friedrich Haendel
    Cantates romaines :
    Delirio Amoroso HWV 99
    La Lucrezia HWV 145
    Tra le fiamme HWV 170
    Magdalena Kozena, mezzosoprano
    Les Musiciens du Louvre
    Marc Minkowski, direction
    CD Archiv 469 065-2 DDD


    Les cantates datant de la période romaine de Haendel ont été souvent gravées, mais peu de disques ont pleinement satisfait le mélomane, notamment la célébrissime Lucrezia, qui bénéficie tout de même de la prestation exceptionnelle de Dame Janet Baker, mais qui a vu récemment échouer, faute d'une connaissance suffisante du chant haendelien, une Eva Mei pourtant soutenue par les forces du Giardino Armonico.

    Certes d√Ľes √† la plume d'un jeune compositeur, ces cantates contiennent d√©j√† toutes les mani√®res du grand homme de th√©√Ętre, et comme pour les chefs-d'oeuvre √† venir, il faut une v√©ritable personnalit√© vocale pour animer des pages parfois "l√©g√®res". La sanglante Lucrezia, par exemple, malm√®ne impitoyablement l'interpr√®te sur toute l'√©tendue d'une tessiture ambigu√ę, √† mi-chemin entre soprano et mezzo.

    Avec son timbre relativement clair, Kozena est ici imp√©riale, imm√©diatement tragique d√®s les premi√®res notes de O Numi Eterni, d√©sesp√©r√©e dans l'air Gia superbo, d'une violence inou√Įe dans le Il Suo che preme, dont elle n√©gocie les p√©rilleux √©carts avec une technique impressionnante. Dans la temp√™te comme dans l'affliction, elle r√©ussit √† maintenir une mati√®re vocale superbe, ainsi qu'une ligne de chant de grande classe.

    Reconnaissons qu'il lui aurait été difficile de contredire des Musiciens du Louvre plus percutants que jamais, aux sonorités somptueuses s'appuyant sur un riche continuo tour à tour sombre ou cinglant. Les mérites haendeliens de Marc Minkowski ne sont plus à vanter, qui, attentif aux moindres inflexions de sa chanteuse, caresse en orfèvre les lignes mélodiques ou brandit la foudre avec une vigueur que Jupiter n'aurait pas reniée.

    Avec une véhémence moindre, la cantate Delirio Amoros nécessite la même versatilité dans les atmosphères que la Lucrezia, chanteuse et orchestre passant avec la même réussite de l'exaspération des sentiments à l'éloge suave des plaisirs amoureux, culminant dans un Per te lasciai la luce murmuré par une Kozena que l'on devine au bord des larmes.

    Tra le fiamme est contemporain de La Resurrezione, faisant appel comme l'oratorio à une viole de gambe, ici celle éloquente de Juan Manuel Quintana ; dans ces pages, Kozena surpasse nettement en tenue Maria Bayo qui a enregistré la même oeuvre l'an passé. Bref, un grand disque qui sonne comme l'adéquation parfaite entre un compositeur, une interprète et un chef.

     

     

  • Trois cantates romaines
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com