altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 15 octobre 2019

Terre promise verdienne



Année Verdi oblige, il était temps de combler les lacunes discographiques de l'oeuvre du compositeur. Voici donc enfin couché sur le polycarbonate le premier opéra "français" du bouillant Italien.


Le 17/02/2001
GĂ©rard MANNONI
 

  • JĂ©rusalem
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     JĂ©rusalem

    Opéra inédit de Giuseppe Verdi
    Jerusalem de Giuseppe Verdi
    Choeur du Grand Théâtre de Genève
    Orchestre de la Suisse Romande
    Direction : Fabio Luisi
    Avec Marcello Giordani (Gaston)- Philippe Rouillon (Le Comte de Toulouse)- Roberto Scanduzzi (Roger)- Marina Mescheriakova (Hélène)- Daniel Borowski (Adhémar de Monteil)- Simon Edwards (Raymond)- Hélène Le Corre (Isaure)- Wolfgang Barta (Un soldat)- Siobodan Stankovic (Un hérault- L'Emir de Ramla)- Jovo Reijin (Un officier de l'Emir)-

    3 CD Philips 462 613-2 DDD


    Quelle que soit sa qualité intrinsèque, il faut reconnaître qu'un tel enregistrement manquait à la discographie verdienne. On sait que Verdi composa deux grands opéras en français, Les Vêpres siciliennes, et Don Carlos. Mais sa première collaboration avec l'Opéra de Paris fut antérieure et remonte à 1847, avec la création de Jérusalem.

    Le compositeur avair déjà remporté de beaux succès dans son pays avec une bonne dizaine d'opéras dont Nabucco, Ernani, Attila et Macbeth et Paris voulait absolument une oeuvre de lui en français. Plutôt qu'une partition totalement originale, Verdi préféra un remaniement d'un opéra antérieur, I Lombardi alla prima crocciata.

    Il refit tout, pour aboutir à une forme plus proche du grand opéra à la française avec notamment un ballet obligé. Jerusalem est donc une oeuvre un peu hybrique, ni totalement réussie, ni indifférente. De superbes choeurs, de beaux airs et quelques ensembles bien frappés, c'est finalement déjà plus que beaucoup de pages plus célèbres du répertoire.

    Aucun enregistrement "officiel" n'existait. L'interprétation est valeureuse, avec des inégalités, mais aussi de belles présences comme celles de Roberto Scianduzzi et de Marina Mescheriakova, de Marcello Giordani aussi, dans le rôle principal de Gaston. La diction française va du meilleur au pire, mais la direction habile et tonique de Fabio Luisi confère à l'esemble une belle tournure.

    Voici donc une lacune discographique comblée. Il en existe d'autres dans cette veine, comme la version française de Macbeth, importante, puisque, résultat aussi d'un vaste remaniement par le compositeur, c'est elle qui, retraduite en italien, est aujourd'hui la version couramment chantée partout.



     

     

  • JĂ©rusalem
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com