altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 06 mars 2021

Bach, mission impossible



Enregistrer une énième version d'un Brandebourgeois ou d'une suite pour orchestre de Bach, c'est déjà très risqué. Quand en plus, on le fait sur instruments modernes, on frise la gageure
ou l'inconscience. Et pourtant, Emmanuel Pahud et ses complices ont presque réussi cette mission impossible.



Le 06/03/2001
Françoise MALETTRA
 

  • Bach par Emmanuel Pahud et les Berliner Barock Solisten.
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Bach par Emmanuel Pahud et les Berliner Barock Solisten.

    Brandebourg n°5, Orchestral Suite n°2, Sonate en trio, Partita

    Johann Sebastian Bach
    Concerto Brandebourgeois n°5
    Orchestral Suite n°2
    Sonate en trio
    Partita
    Emmanuel Pahud (flûte)
    Berliner Barock Solisten/Direction Rainer Kussmaul
    EMI CDC 5 57111 2


    Lever un sourcil soupçonneux devant une nouvelle version, sous le prétexte qu'il en existe tant d'autres figées dans le marbre pour l'éternité, en prétendant qu'elles suffisent déjà au bonheur du mélomane est une erreur impardonnable, donc un péché. C'est pourquoi il faut s'intéresser de près à ce disque qui est d'abord une affaire de famille, ou plutôt de communauté musicale, et pas n'importe laquelle.

    En effet, le flûtiste Emmanuel Pahud et les musiciens du Berliner Barock ont tous vécu quelques années fertiles au sein de l'Orchestre Philharmonique de Berlin, sous la direction de Claudio Abbado. Une expérience que les cordes n'oublient pas facilement. Et pourquoi le feraient-elles quand elles sonnent avec une aussi belle homogénéité ?

    Disons qu'il leur reste encore à s'émanciper de la discipline rigoureuse de l'orchestre et surtout à oser sortir du rang, ce qui donnerait à leur jeu l'élan et le souffle d'une musique qui ne se pose jamais, et ce rien de nervosité contrôlée qui devrait faire merveille dans le 5e Brandebourgeois ou dans la 2e Suite d'orchestre, par exemple.

    D'autant que la flûte d'Emmanuel Pahud les sollicite en permanence, en leur apportant une "couleur ajoutée", fondue dans la pâte sonore, sans jamais chercher à prendre l'avantage, comme il se refuse à la faire (mais là il a tort !) dans la Sonate en trio, où l'on reste trop souvent dans le tempo pour le tempo, au détriment de la dynamique de la conversation musicale.

    Peu importe ! Pahud sait que la Partita est là, et qu'elle est là pour lui seul. Après s'être libéré avec panache des doubles croches déferlantes de l'Allemande, il va réussir à faire de la flûte cet instrument polyphonique peut-être rêvé par Bach et les facteurs du début du XVIIIe siècle. Une interprétation qui ne s'oubliera pas de sitôt.

     

     

  • Bach par Emmanuel Pahud et les Berliner Barock Solisten.
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com