altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




SELECTION CD 06 mars 2021

Une servante toute nue



R√©cemment programm√©e √† Paris et actuellement en tourn√©e dans la proche banlieue et en province, la La Finta Cameriera interpr√©t√©e √† la sc√®ne par l'√©quipe d'Antonio Florio fonctionne plut√īt bien. Mais une fois enregistr√©, que reste-t-il d'un op√©ra bouffe sans costumes ni planches ?


Le 09/03/2001
Yutha TEP
 

  • La Finta cameriera
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les derni√®res parutions pour l'ann√©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     La Finta cameriera

    de Gaetano Latilla
    Gaetano Latilla : La Finta Cameriera
    Opéra bouffe en trois actes sur un livret de Giovanni Barlocci
    Avec Roberta Invernizzi (Alessandre/Giocondo), Cinzia Rizzone (Bettina), Maria Ercolano (Erosmina), Giuseppe de Vittorio (Dorina), Francesca Russo Ermolli (Filindo), Stefano di Fraia (Moschino), Giuseppe Naviglio (Don Calascione), Pierre Thirion Vallet (Pancrazio).
    2 CD Opus 111
    OPS 30-275/276


    Un peu caché par l'arbre Pergolèse et sa Serva Padrona, La Finta Cameriera de Gaetano Latilla a eu aussi l'infortune de subir la tempête provoquée par la fameuse Querelle des Bouffons. Pourtant, l'accueil mitigé que lui réserva la capitale des Bourbons lors de sa création française en 1752, ne doit pas faire oublier l'immense succès d'une oeuvre qui, créée en 1738, fut reprise dans l'Europe entière pendant plus de 30 ans.

    La Finta Cameriera est un opéra bouffe, nul doute possible. Après quelques mesures, on se surprend à regarder avec inquiétude le minutage de l'oeuvre, à compter sur ses doigts et avec crainte le nombre d'arias da capo qu'il va falloir subir, sans même le secours miséricordieux d'une mise en scène.

    Mais progressivement, la mauvaise humeur se calme et l'on se met même à rire de bon coeur. On s'avoue avec un peu de honte que la musique est bien agréable, et si l'on se serait passé volontiers des reprises de certains airs, si l'on peut trouver une certaine uniformité dans leurs tempi presque immanquablement rapides et leurs colorations orchestrales, on se laisse prendre à la vitalité roborative d'un texte qui résonne des invectives choisies que se lancent à la figue la servante Betta et le très grotesque Don Calascione.

     



    Mais pour animer ce tourbillon invraisemblable (le barbon Pancrazio veut épouser sa servante Alessandra qui est en fait Giocondo travesti en femme de chambre parce qu'il veut épouser Erosmina, la fille dudit barbon, dont le promis est en réalité le ridicule Don Calascione, qui finit par épouser
    la jardinière Dorina : ouf !), il faut des tempéraments, et de comédiens et de chanteurs.

    La Capella della Piet√† de'Turchini n'a, en ce domaine, de le√ßon √† recevoir de personne. Distribution dr√īlissime, presque enti√®rement italienne, avec une mention particuli√®re pour la voix ravissante et la technique √©prouv√©e de Roberta Invernizzi dans Alessandra/Giocondo, ou pour le Don Calascione plus vrai que nature de Giuseppe Naviglio, ou encore la jardini√®re √©pique de Giuseppe "Pino" de Vittorio.

    On regrette cependant que le disque n'ait pas laiss√© la trace, en Betta, de Roberta Andalou, irr√©sistible sur sc√®ne, et ici remplac√©e par une Cinzia Rizzone bien moins p√©tulante. Mais ne soyons pas injuste : ce disque est la r√©ussite d'un ensemble, voix et instruments (une Cappella aff√Ľt√©e et brillante), et d'un chef, Antonio Florio, qui au fil de ses enregistrements, a √©tabli une sorte d'h√©g√©monie sur la musique de cette Naples si particuli√®re.

     

     

  • La Finta cameriera
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com