altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 11 août 2020

Dix-huit fièvres vinyliques



La collection Galleria de Deutsche Grammophone réédite quelques chefs-d'oeuvre des grandes années du microsillon. Parmi eux, il y en a un qu'il ne faut pas manquer, qui célébre la rencontre de Dietrich Fischer-Dieskau avec Sviatoslav Richter.



Le 20/03/2001
Françoise MALETTRA
 

  • Mörike-Lieder d'Hugo Wolf
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Mörike-Lieder d'Hugo Wolf

    18 lieder sur des poèmes d'Eduard Mörike
    Hugo Wolf (I86O-l9O3)
    Mörike-Lieder
    Dietrich Fischer-Dieskau/Sviatoslav Richter
    DGG (Galleria –l975)


    Le cycle des Mörike-Lieder reste la plus célèbre des recueils de lieder d'Hugo Wolf. Écrits à 28 ans, dans l'atmosphère romantique des jours heureux de Peorchtoldsdorf, un village proche de Vienne, ils conduisent le compositeur à"l'extase créatrice et la joie effrénée" éprouvées et l'invitent à pénétrer le sens des mots et la prosodie des poèmes d'Eduard Mörike, pour lesquels il nourrissait une véritable vénération, à lui trouver les justes résonances musicales, aussi ardentes que les sentiments qu'ils exprimaient.

    Dix-huit moments fiévreux qui disent l'inaccessible quête amoureuse, l'éloge du divin perçue en toute chose, le miracle de l'aube, l'effroi des crépuscules quand "Le Cavalier de feu" sème la mort et la désolation sur son passage, l'oiseau foudroyé par le chasseur, le voyageur égaré, ou le soleil "qui brûle jusqu'au sang".

    Ici, Dietrich Fischer-Dieskau et Sviatoslav Richter respirent ensemble, à la fois libres et en totale fusion, avec une saisissante intuition l'un de l'autre qui établit le dialogue avec une rare évidence. Il y a chez le premier la volonté de suivre au plus près le musicien qui entendait que le texte soit intensément reçu et compris, tandis que chez le second, on assiste à l'invention d'une suite d'esquisses sonores, comme autant de paysages intérieurs où le texte et la musique évolueraient en vagues d'humeurs changeantes. C'est l'art du lied selon deux exceptionnels conteurs.

     

     

  • Mörike-Lieder d'Hugo Wolf
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com