altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 01 juin 2020

Une AĂŻda pour les yeux



Enregistrée en direct à l'Opéra de Zurich en mai 2006, cette représentation captée par les soins de BelAir pour le DVD marque les débuts de Nina Stemme dans le rôle d'Aïda. Un spectacle à la distribution et à la direction plutôt médiocres, qui brille surtout par les qualités d'une mise aussi originale que belle.


Le 19/06/2007
GĂ©rard MANNONI
 

  • Une AĂŻda pour les yeux
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Une AĂŻda pour les yeux



    Giuseppe Verdi (1813-1901)
    Aïda, opéra en quatre actes

    Nina Stemme (Aida)
    Luciana d'Intino (Amneris)
    Salvatore Licitra (Radames)
    Juan Pons (Amonasro)
    Matti Salminen (Ramfis)
    Günther Groissböck (Il Re)
    Miroslav Christoff (Un messagero)
    Christiane Kohl (Una Sacerdossa)

    Orchestre de l'Opéra de Zurich
    direction : Adam Fischer
    mise en scène : Nicolas Joel
    décors : Ezio Frigerio
    costumes : Franca Squarciapino
    Ă©clairages : Hans-Rudolf Kunz
    chorégraphie : Stefano Giannetti

    2 DVD BelAir BAC 022


    Pas facile de représenter Aïda en d'autres temps et d'autres lieux que ceux de la toute puissance des Pharaons ! Et pourtant, Nicolas Joel parvient à nous donner des images complètement nouvelles, sans jouer les iconoclastes ni les provocateurs superficiels comme c'est souvent le cas aujourd'hui avec ce type d'ouvrage.

    Estimant assez simplistes les conflits du livret et par trop galvaudĂ©es les images d'une Égypte historique, il a choisi de reprĂ©senter ce qui se cache derrière tout cela, Ă  savoir « le pendant emblĂ©matique et le croisement des obsessions d'une Ă©poque Â». Il a donc replacĂ© l'action dans les dĂ©cors du temps oĂą l'oeuvre fut crĂ©Ă©e, autrement dit « au moment oĂą les impĂ©rialismes des grandes puissances s'emparaient du Moyen Orient par la diplomatie de la force Â».

    Cadre colonial fin de siècle donc, avec robes à tournures et palais aux jardins peuplés de palmiers. Cela oblige naturellement à quelques contorsions cérébrales par rapport à la lettre du livret, mais on en a vu tellement d'autres que tout cela paraît plutôt bénin, d'autant que les images sont belles, grâce au talent toujours intact du tandem Squarciapino-Frigerio.

    Côté voix, il faut bien reconnaître en revanche qu'on slalome entre les difficultés ou les approximations. Nina Stemme peut sans problème faire toutes les notes de son rôle-titre, même si le contre-ut de l'air du Nil est assez hasardeux, mais avec une voix qui n'a pas la couleur adéquate, qui manque totalement de personnalité et qui a toujours une fâcheuse tendance à trembloter, voir à carrément bouger, ce qui l'empêche de dérouler une ligne de chant crédible. Mais y a-t-il aujourd'hui une véritable Aïda ?

    Sans grande inspiration mais avec la voix qui convient, Salvatore Licitra s'en tire mieux en Radamès car les moyens sont solides, tout comme Luciana d'Intino en Amnéris, à condition, bien sûr, d'oublier les Barbieri et autres véritables mezzos Verdi de jadis. Les rôles masculins graves sont tenus par des vétérans aux moyens par trop usés, ce qui étonne de la part d'un théâtre aux distributions généralement beaucoup plus homogènes. La direction d'Adam Fischer, sans grande personnalité elle non plus, ne parvient guère à donner à l'ensemble l'unité musicale qui lui fait défaut.

    On rejoint ici encore le problème posé par la gloire naissante de Nina Stemme. La seule présence de cette cantatrice semble justifier brusquement n'importe quelle production, du moment qu'elle y figure. C'est le pire service qu'on puisse lui rendre. Reste que ce DVD vaut le coup d'œil pour cette approche scénique très particulière qui marque peut-être un tournant dans la relecture des grands opéras de Verdi.

     
    GĂ©rard MANNONI


     

  • Une AĂŻda pour les yeux
      [ Toutes les parutions ]
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com