altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 18 octobre 2021

Savall le fédérateur



Le gambiste et chef Jordi Savall reste une référence difficilement égalable dans sa compréhension subtile des ombres et lumières du Grand Siècle. Ce nouveau disque Couperin, consacré aux Concerts Royaux avec la mythique phalange du Concert des Nations vient une fois de plus réaffirmer une suprématie décidément durable.


Le 10/03/2005
Yutha TEP
 

  • Savall le fĂ©dĂ©rateur
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'annĂ©e Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Savall le fĂ©dĂ©rateur



    François Couperin (1668-1733)
    Les Concerts Royaux (1722)

    Le Concert des Nations
    Marc HantaĂŻ, traverso
    Alfredo Bernardini, hautbois
    Manfredo Kraemer, violon
    Josep Borras, basson
    Bruno Cocset, basse de violon
    Xavier Diaz-Latorre, théorbe & guitare
    Guido Morini, clavecin
    Jordi Savall, basse de viole & direction

    CD AliaxVox AVSA9840


    Inutile de revenir encore une fois sur la singularité de Jordi Savall, interprète de génie, meneur d'hommes – et chef d'entreprise – comme il y en a peu de par la grâce d'un instinct musical qui impose le respect même aux musiciens de haute volée formant habituellement ses différents ensembles. On ne résiste pas à l'envie de citer les artistes conviés dans cet enregistrement : Marc Hantaï, Alfredo Bernardini, Manfredo Kraemer, Josep Borras, Bruno Cocset, Xavier Diaz-Latorre, Guido Morini, autant dire la crème des baroqueux, tous musiciens qui ont de leur côté formé des groupes de renom, mais qui répondent ici à l'appel d'un quasi-mentor pour nombre d'entre eux.

    Inutile non plus d'épiloguer sur les affinités entre le maître catalan et le répertoire français du Grand Siècle, que le succès triomphal de Tous les Matins du monde ne fit que partiellement révéler au grand public. Comme l'écrit Savall lui-même dans le texte de présentation, il était naturel qu'après avoir établi des références absolues dans les autres corpus de Couperin, Le Concert des Nations s'attaquât à l'un des derniers recueils du compositeur français.

    « J'avouerai de bonne foi que j'aime beaucoup mieux ce qui me touche que ce qui me surprend Â» : les mots de Couperin que cite Savall pourraient servir Ă©galement de credo au catalan. Dans cette oeuvre dont les effectifs sont laissĂ©s au bon choix des interprètes, Savall a distribuĂ© les rĂ´les en grand coloriste, avec une justesse et une beautĂ© gĂ©nĂ©rale guère surprenantes de sa part.

    L'élément exceptionnel, c'est sa capacité à fondre en une seule vision artistique les qualités de ses instrumentistes, parfois opposés : les sonorités solaires et plantureuses de Kraemer font contraste avec celles plus légères et parfois un peu acidulées de Bernardini – mais le style et l'éloquence de l'Italien sont imparables. Côté cordes pincées, l'élan de Morini au clavecin se marie à merveille avec la rythmique plus posée – mais non moins énergique – de Diaz-Latorre.

    Et tout cela s'unit autour des coups d'archet du maître de cérémonie lui-même, qui imprime à l'ensemble une respiration large, propice en tout cas à un déploiement de phrasés et d'articulations plus sensuels les uns que les autres, sans jamais sacrifier ce sourire mystérieux qui est la marque de Couperin. Un bonheur total !

     
    Yutha TEP


     

  • Savall le fĂ©dĂ©rateur
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com