altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 02 août 2021

Nouvelle production de Don Giovanni de Mozart dans une mise en scÚne de Marie-Ève Signeyrole et sous la direction de Andreas Spering à l'Opéra national du Rhin.

Le corps défendu
© Klara Beck

Abondance de Mozart ne nuit pas
 AprĂšs le Don Giovanni insipide signĂ© Ivo van Hove Ă  Garnier, Marie-Ève Signeyrole livre Ă  Strasbourg une version qui prĂ©sente au moins le mĂ©rite d'oser sortir des sentiers battus. Le retrait de Christian Curnyn laisse au chef Andreas Spering les rĂȘnes d'un orchestre qui offre Ă  un plateau assez moyen un Ă©crin de premier plan.
 

Opéra du Rhin, Strasbourg
Le 23/06/2019
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Montpellier 2021 (5) : Un drame d’aujourd’hui

  • Aix 2021 (5) : La maison des morts

  • Aix 2021 (4) : Noces barbares

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le souvenir d'Eva Kleinitz plane sur cette reprĂ©sentation, la veille d'un hommage rendu par l'OpĂ©ra du Rhin Ă  sa directrice emportĂ©e par la maladie le 30 mai dernier. Au centre de cette production, il y a la notion performance. Avec ce Don Giovanni signĂ© Marie-Ève Signeyrole, le terme prend une acception littĂ©rale d'art performatif qui implique directement la notion de corps. Son personnage n'est plus seulement le grand seigneur mĂ©chant homme de MoliĂšre, mais l'incarnation d'un rapport social du dĂ©sir et de la sĂ©duction.

    L'introduction est jouée rideau levé, montrant le héros assis passivement sur sa chaise, le regard dans le vide, tandis que se succÚdent en face de lui plusieurs femmes ; l'une s'ouvrant les veines, l'autre le dévorant de baisers, sans provoquer de réaction. On filme en direct ce que s'apparente à des piÚces à conviction, autant d'objets présents dans la narration.

    En parallÚle, le spectacle est rendu spectaculaire par son interaction salle-scÚne, une partie du public présente aux cÎtés des chanteurs et d'autres personnes tirées au sort pour participer à la soirée sur une scÚne transformée pour l'occasion en lieu de performance genre théùtre de rue ou plateau télé.

    On Ă©vite de peu la trivialitĂ©, grĂące Ă  l'afflux et Ă  la qualitĂ© des rĂ©fĂ©rences dans lesquelles s'inscrit la narration. On laissera de cĂŽtĂ© le public interpellĂ© par des comĂ©diens sur le parvis de l’OpĂ©ra, ou la sĂ©quence oĂč Leporello devenu chauffeur de salle demande aux spectateurs : « Selon vous, Don Juan est-il coupable ? Â»

    Le rapport de prédation est traité sur un plan humoristique, avec cette plaie de Donna Elvira poursuivant de ses assiduités son amant infidÚle jusqu'à se venger sur une voiture. On admire les angles et le soin des prises de vue dans les captations en temps réel, qui viennent compléter les références cinématographiques (Kazan, Kubrick) surgissant au fil de la soirée.

    Cependant, l'abondance de bonnes intentions ne saurait faire oublier une ligne générale relativement floue qui peine à agréger tous les détails dans une vision dynamique. Chacun se partage en conclusion le corps de Don Giovanni, à coups de fourchette comme pour mieux célébrer l'idée que le donjuanisme est un concept qu'on s'approprie jusqu'à dévorer le personnage, pourtant mort empoisonné.

    Nikolay Borchev est un Don Giovanni bien charpenté mais le grain de la voix reste relativement neutre et l'émission en retrait. Le Leporello de Michael Nagl est mis en valeur par le rÎle de Monsieur Loyal que lui attribue la scénographie. Le timbre mat s'accorde admirablement avec un phrasé au cordeau. Annoncée souffrante, Jeanine De Bique dessine une Donna Anna au milieu de lignes hérissées de trémulations.

    AnaĂŻs Yvoz est une Zerlina pĂ©tulante et colorĂ©e, Ă  l'inverse du Masetto effacĂ© et terne de Igor Mostovoi. La Donna Elvira de Sophie Marilley ne s'embarrasse pas de dĂ©tails et sollicite son instrument dans un aigu trĂšs tendu. Don Ottavio Ă©chappe en grade partie aux moyens dĂ©ficients d'Alexander Sprague tandis que le Commandeur trouve en Patrick Bolleire un honnĂȘte interprĂšte.

    Appelé à la derniÚre minute pour remplacer Christian Curnyn, Andreas Spering fait mieux que de sauver les meubles, un exploit alors qu'il a rencontré l'orchestre pour la premiÚre fois quelques heures avant la représentation. Sa direction met en avant les tempi vifs d'une lecture parfaitement calibrée au drame mozartien.




    Opéra du Rhin, Strasbourg
    Le 23/06/2019
    David VERDIER

    Nouvelle production de Don Giovanni de Mozart dans une mise en scÚne de Marie-Ève Signeyrole et sous la direction de Andreas Spering à l'Opéra national du Rhin.
    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    Don Giovanni, dramma giocoso en deux actes (1787)
    Livret de Lorenzo Da Ponte

    ChƓur de l’OpĂ©ra national du Rhin
    Orchestre philharmonique de Strasbourg
    direction : Andreas Spering
    mise en scÚne & conception vidéo : Marie-Ève Signeyrole
    cécors : Fabien Teigné
    costumes : Yashi
    Ă©clairages : Nicolas Descoteaux
    vidéo : Yann Philippe
    prĂ©paration des chƓurs : Christoph Heil

    Avec :
    Nikolay Borchev (Don Giovanni), Michael Nagl (Leporello), Jeanine De Bique (Donna Anna), Sophie Marilley (Donna Elvira), Alexander Sprague (Don Ottavio), AnaĂŻs Yvoz (Zerlina), Igor Mostovoi (Masetto), Patrick Bolleire (le Commandeur).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com