altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 septembre 2020

Concert de l'Orchestre philharmonique de Vienne sous la direction de Valery Gergiev au festival de Salzbourg 2005.

Salzbourg 2005 (3) :
Une équipe qui gagne

Avant-dernier programme symphonique des Wiener Philharmoniker à Salzbourg sous la direction enflammée et dionysiaque de Valery Gergiev, dans un programme autour de la mort et de la mer, culminant dans une Shéhérazade de Rimski à couper le souffle. Un concert exaltant de plus à l'actif d'une équipe qui fonctionne à merveille.
 

Großes Festspielhaus, Salzburg
Le 21/08/2005
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour √† la vie moderne

  • Salzbourg 2020 (5) : R√©apprendre la coh√©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : √Čvidence bruckn√©rienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Une fois encore, la rencontre aura fait des √©tincelles. A Salzbourg, chaque apparition de Valery Gergiev √† la t√™te du Philharmonique de Vienne engendre un concert d'anthologie, comme peuvent en t√©moigner la 5e symphonie de Tcha√Įkovski r√©cemment r√©√©dit√©e en CD par Philips et le fabuleux concert d'ao√Ľt 2000 avec la Symphonie classique de Prokofiev et l'Oiseau de feu de Stravinski en DVD chez TDK.

    Aujourd'hui, c'est de mani√®re tr√®s progressive, presque insidieuse, que le d√©miurge op√®re dans une Ile des morts de Rachmaninov fermement appuy√©e sur les cordes, plus m√©lancolique que tragique d√®s l'engourdissement initial d'une mesure √† cinq temps tr√®s lentement puls√©e. Et ce n'est pas du choral de cuivres, sans noirceur excessive, que s'exhale l'atmosph√®re fun√®bre inspir√©e au compositeur par le tableau de B√∂cklin, mais de cordes graves inqui√®tes. Puis dans les d√©cha√ģnements d'une houle impr√©visible, le chef russe projette chaque phrase avec un √©lan d√©vastateur.

    On reste ensuite dans l'univers marin, avec la cr√©ation de Circulating Ocean, command√©e au compositeur japonais Toshio Hosokawa par le directeur du festival Peter Ruzicka. L'occasion de d√©couvrir un talent d'orchestrateur, de coloriste, de ma√ģtre dans l'art de sugg√©rer des climats po√©tiques. Sonorit√©s √©vocatrices de la machine √† vent, insaisissables harmoniques des cordes, textures fuyantes et irisations inidentifiables de la percussion, on se laisse porter par une pi√®ce changeante et tr√®s finement instrument√©e ¬Ė le calme du solo hypnotique de fl√Ľte basse puis de basson.

    Raz de marée symphonique

    Apr√®s la pause, on exulte devant une Sh√©h√©razade de Rimski-Korsakov emmen√©e par un orchestre galvanis√©. Le temps d'une entr√©e en mati√®re au tempo presque arr√™t√©, et les fl√Ľtes soufflent un vent de nostalgie et de myst√®re sur les contes des Mille et une nuits. Gergiev, √† la mani√®re d'un raz de mar√©e et non sans grognements intempestifs, emporte tout sur son passage, avec une √©nergie et un motorisme sensibles jusque dans la mani√®re des cordes d'attaquer chaque phrase bien au talon de l'archet.

    Le Prince et la Princesse ne c√®de jamais aux lenteurs larmoyantes pour n'exprimer qu'un lyrisme ardent, car on retrouve tout du long les √©lans presque improvis√©s de l'enregistrement du chef, mais avec l'√©nergie d'un vrai live et surtout un orchestre de la pointure du Philharmonique de Vienne. Mais c'est surtout la F√™te √† Bagdad qui abattrait des montagnes, dans la furie d'une danse au tempo affol√©, course √† l'ab√ģme forcen√©e, orgie sonore quasi toscaninienne. Dans ce qui reste l'une des pages de haute virtuosit√© de la litt√©rature symphonique du XIXe si√®cle, une prestation orchestrale d'une facilit√© ahurissante.

    Il n'est gu√®re que le violon solo de Rainer K√ľchl, si riche de son mais ce matin bien faux, pour jeter une note de discorde et faire risquer sa t√™te √† la princesse persane. Car ce concert restera une magnifique prestation de plus pour un tandem parmi les plus captivants de la sc√®ne musicale internationale.




    Großes Festspielhaus, Salzburg
    Le 21/08/2005
    Yannick MILLON

    Concert de l'Orchestre philharmonique de Vienne sous la direction de Valery Gergiev au festival de Salzbourg 2005.
    Sergei Rachmaninov (1873-1943)
    L'√ģle des morts, po√®me symphonique op. 29 (1907)

    Toshio Hosokawa (*1955)
    Circulating Ocean, commande du festival de Salzbourg (2005)
    Création mondiale

    Nikolai Rimski-Korsakov (1844-1908)
    Shéhérazade, suite symphonique op. 35 (1888)

    Wiener Philharmoniker
    direction : Valery Gergiev

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com