altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




SELECTION CD 13 décembre 2017

Cadeaux de Noël 2017



À l’approche des fêtes, Altamusica vous propose pendant la période de l'Avent une sélection de DVD-Blu-ray et de coffrets CD puisée dans les parutions particulièrement marquantes de l'année. Au total pour cette édition 2017, une quinzaine d'objets discographiques et vidéographiques répartis sur le mois de décembre qui feraient de très beaux cadeaux de Noël pour vos proches.

Aujourd’hui, 3 coffrets DVD de Danse chez BelAir



Le 01/12/2017
Yannick MILLON
 

  • Uthal d'Étienne-Nicolas Méhul
  • Turandot à la Scala
  • Sélection La Dolce Volta
  • Fritz Busch à Glyndebourne
  • DVD Danse BelAir
      [ Toutes les parutions ]


  • Les 3 derniers dossiers
  • Les "indispensables" Bach de nos critiques

  • Telefunken Legacy : le nec plus ultra des collections historiques

  • Les dernières parutions pour l'année Bach

    [ Tous les dossiers CD ]


     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)


  •  

     Uthal d'Étienne-Nicolas Méhul

    Une Écosse de légende



    Étienne-Nicolas Méhul (1763-1817)
    Uthal, opéra en un acte (1806)
    Livret de Jacques-Benjamin-Maximilien Bins de Saint-Victor
    Karine Deshayes (Malvina)
    Yann Beuron (Uthal)
    Jean-Sébastien Bou (Larmor)
    Sébastien Droy (Ullin)
    Philippe-Nicolas Martin (Chef des bardes / Barde 3)
    Reinoud Van Mechelen (Barde 1)
    Artavazd Sargysan (Barde 2)
    Jacques-Gref Belobo (Barde 4)
    Chœur de chambre de Namur
    Les Talens lyriques
    direction : Christophe Rousset
    Enregistrement : Opéra royal, Versailles, mai 2015
    Collection Opéra français du Palazzetto Bru Zane
    1 livre (140 pages) + 1 CD Ediciones Singulares ES 1026




    La collection de livres-disques du Centre de musique romantique française de Venise poursuit sa réhabilitation des opéras du XIXe avec ce quatorzième volume d’une collection déjà riche de pépites. Après des ouvrages oubliés de Kreutzer, Sacchini, Joncières, Catel, Salieri, ou rares de Saint-Saëns, Massenet, Gounod et Lalo, le Palazzetto Bru Zane se penche cette fois sur Étienne-Nicolas Méhul (1763-1817), dont la postérité a surtout retenu les pièces patriotiques – parmi lesquelles le fameux Chant du départ –, mais qui fut également l’un des principaux compositeurs dramatiques de la période révolutionnaire, auteur d’une trentaine d’ouvrages lyriques, parmi lesquels Uthal qui nous intéresse ici.

    Suivant la vogue de la fin XVIIIe des poèmes d’Ossian dont raffolait encore la société napoléonienne, l’Opéra Comique commande à Méhul un opéra très ramassé, en un acte, d’une durée d’une heure tout rond, où il pourra évoquer à loisir l’Écosse chevaleresque des guerriers et des bardes. L’ouvrage sera créé le 17 mai 1806, avec un relatif succès. Une intrigue convenue (la jeune Malvina tiraillée entre la loyauté vis-à-vis de son père Larmor et son amour pour Uthal, qui a usurpé le pouvoir du vieux roi) et des dialogues en vers développés avec une certaine emphase, n’empêchent pas l’opéra de rayonner d’une certaine originalité.

    D’abord par sa concision, quelques pages particulièrement réussies (l’Hymne au sommeil, le récitatif angoissé de Malvina, le Chant du barde) et son habileté à peindre l’imaginaire des poèmes gaéliques avec le recours sonore étonnant d’une orchestration classique rehaussée par la harpe (bois par deux, quatre cors, timbales), mais aux cordes privées de violons afin de susciter une couleur de légende médiévale que s’approprient superbement les Talens lyriques et la direction dramatique, magnifiquement caractérisée, de Christophe Rousset – une ouverture pleine de climat, tant dans son éveil initial que dans les tensions harmoniques de l’orage.

    Et si l’on avait déploré l’année passée le français moyen des chanteurs de la Jacquerie, on monte ici clairement d’un cran, même si les chœurs, excellents, pourraient être plus intelligibles, tout comme une Malvina (somptueuse Karine Deshayes) prononçant un vilain h sur le mot haine, dans le chant comme les dialogues mais d’une authentique grandeur dramatique sur toute la tessiture, dont l’étoffe guette maintenant vers Berlioz. Même classe aristocratique chez le Larmor de Jean-Sébastien Bou, l’école du beau chant français personnifiée, avec un instrument d’une homogénéité impeccable.

    Toujours aussi stylé et expert dans la déclamation, l’Uthal de Yann Beuron, dont le ténor légèrement nasal fait merveille, se paie le luxe de conclure sa romance avec un délicieux sol aigu en mixte appuyé. Une équipe musicale de choc pour un ouvrage attachant et typique du goût littéraire de son époque, présenté comme toujours avec le soin des éditions Singulares et des textes passionnants de Gérard Condé, Berlioz, du librettiste Bins de Saint-Victor ainsi que le compte rendu du Journal de Paris sur la création.

     
    Yannick MILLON


     

  • Uthal d'Étienne-Nicolas Méhul
  • Turandot à la Scala
  • Sélection La Dolce Volta
  • Fritz Busch à Glyndebourne
  • DVD Danse BelAir
     



  •   A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com