altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 mai 2019

Nouvelle production de Parsifal de Wagner mise en scène par Christoph Schlingensief et sous la direction de Pierre Boulez au festival de Bayreuth 2004.

Bayreuth 2004 :
Un Parsifal à grandes oreilles, cimetière interactif pour l'art (1)

© AP

Nous y sommes. Après 24 ans d'absence à Bayreuth, Boulez remet son Parsifal sur le métier. Pour l'occasion, Wolfgang Wagner a misé sur le metteur en scène iconoclaste Christoph Schlingensief. De quoi alimenter un véritable feuilleton estival. Et comme la mise en scène du jeune Allemand sombre dans la plus grande confusion, à Bayreuth, on s'enflamme !
 

Festspielhaus, Bayreuth
Le 18/08/2004
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Aux hommes de bonne volonté

  • Songeuse nuit d'été

  • Une audace magnifiée

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Cette année, le feuilleton de l'été n'aura pas eu lieu sur les chaînes hertziennes du petit écran mais dans une modeste cité de Franconie, au nord de la Bavière, du nom de Bayreuth. Un décor bien inattendu pour un Dallas culturel, et pourtant…

    L'actuel directeur du festival, Wolfgang Wagner, 85 ans à la fin du mois et petit-fils du compositeur, avait misé à l'origine sur Martin Kušej – l'auteur du Don Giovanni à la mode Palmers de Salzbourg – pour illustrer scéniquement le nouveau Parsifal. Mais le jeune metteur en scène autrichien a jeté l'éponge il y a plus d'un an de cela. Alors Wolfgang, qui, pour donner un second souffle à son festival et promouvoir un renouveau artistique, prend des risques non négligeables, s'est rabattu sur Christoph Schlingensief, enfant terrible du théâtre allemand, iconoclaste en diable dont le simple nom sur une affiche fait naître la controverse. Tout un programme pour le retour dans la fosse de Pierre Boulez qui n'avait plus dirigé sur la Colline depuis 1980, dernière année de son légendaire Ring du centenaire avec Patrice Chéreau.

    En guise de scandale, on n'eut droit qu'à un pétard mouillé. Toutefois, après la première, on apprenait dans la presse locale que Wolfgang Wagner et Christoph Schlingensief, en total désaccord sur la conception scénique de Parsifal, ne se parlaient plus que par avocats interposés, et que le ténor Endrick Wottrich, qui chante le rôle-titre, avait qualifié le metteur en scène de « cinglé ». Info ou intox ? Toujours est-il que, comme dans tout bon feuilleton hollywoodien, on attend des rebondissements, et le dernier en date vaut son pesant d'or, car on peut désormais lire un peu partout dans le hall du Festspielhaus un communiqué en trois langues des solistes du festival.

    « Très cher public, En ce qui concerne la nouvelle mise en scène de Parsifal, nous avons ouvertement été victimes d'attaques personnelles, de diffamations et même de calomnies qui toutes pèsent lourdement sur notre travail artistique et sont destinées à manipuler votre faculté de jugement. C'est pour cette raison que nous ? les solistes du festival de Bayreuth 2004 ? faisons appel à votre bon sens pour le respect de votre propre intuition artistique, pour le jugement de notre prestation de la soirée, sans rejoindre toute opinion préconçue. Afin d'être en mesure de pouvoir nous concentrer sur notre art et de nous appliquer au mieux, nous comptons sur vous en tant que public impartial. Les solistes du festival de Bayreuth. »

    Étrange placard vaguement obséquieux à l'égard du public, signé par une petite trentaine de chanteurs, et par le maître des lieux. Nous suivons donc les conseils de l'avertissement en question et faisons appel à notre propre intuition artistique, qui à l'issue de six heures de représentation et malgré deux entractes réparateurs d'une heure chacun, n'aura cessé de nous marteler que ce nouveau Parsifal est un épouvantable naufrage.




    Bayreuth 2004 : Un Parsifal à grandes oreilles, cimetière interactif pour l'art (1)

    Bayreuth 2004 : Un Parsifal à grandes oreilles, cimetière interactif pour l'art (2)

    Bayreuth 2004 : Un Parsifal à grandes oreilles, cimetière interactif pour l'art (3)




    Festspielhaus, Bayreuth
    Le 18/08/2004
    Yannick MILLON

    Nouvelle production de Parsifal de Wagner mise en scène par Christoph Schlingensief et sous la direction de Pierre Boulez au festival de Bayreuth 2004.
    Richard Wagner (1813-1883)
    Parsifal, festival scénique sacré en trois actes (1882)
    Livret du compositeur

    Choeurs et Orchestre du Festival de Bayreuth
    direction : Pierre Boulez
    mise en scène : Christoph Schlingensief
    décors : Daniel Angermayr, Thomas Goerge
    costumes : Tabea Braun
    éclairages : Voxi Bärenklau
    préparation des choeurs : Eberhard Friedrich

    Avec :
    Alexander Marco-Buhrmester (Amfortas), Robert Holl (Gurnemanz), Endrick Wottrich (Parsifal), John Wegner (Klingsor), Michelle de Young (Kundry), Kwangchul Youn (Titurel), Tomislav Mu?ek (1er chevalier du Graal), Samuel Youn (2e chevalier du Graal), Julia Borchert (1er écuyer), Atala Schöck (2e écuyer), Norbert Ernst (3e écuyer), Miljenko Turk (4e écuyer), Martina Rüping, Jutta Maria Böhnert, Anna Korondi, Carola Guber, Atala Schöck, Julia Borchert (les Filles-fleurs de Klingsor), Simone Schröder (une voix d'alto).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com